De nombreuses recettes utilisent les bienfaits des huiles essentielles et ce dans bien des domaines comme l’esthétisme et la cosmétique, les fabrication de produits ménager ou la santé. Mais qu’est-ce que c’est exactement, une huile essentielle ? Comment la prépare-t-on ? Et surtout, comment l’utiliser de manière appropriée et sans danger ?

Obtention des huiles essentielles

La plupart des huiles essentielles produites actuellement, sont issues de la distillation de plante par extraction à la vapeur d’eau sous basse pression dans un alambic. Le principe de la distillation par vapeur d’eau est assez simple : il s’agit de faire traverser une cuve remplie de plantes à de la vapeur d’eau. En passant à travers la cuve, la vapeur va emporter avec elle les principes actifs de la plantes. A la sortie de la cuve, la vapeur contenant les principes actifs va traverser un serpentin et se condenser pour terminer dans une seconde cuve. Le distillat de la plante, ou huile essentielle, moins dense que l’eau, va se retrouver sur le dessus de la cuve. Il s’agit donc d’une distillation à la vapeur, d’un hydrolat.

Si le principe de la distillation par vapeur d’eau est simple, son application, elle, est extrêmement délicate et nécessite un contrôle parfait de la température et de la pression dans l’alambic pour obtenir une huile essentielle de bonne qualité.

Qualité des huiles essentielles

Impact de la distillation.

Une distillation de qualité nécessite un contrôle permanent du processus, et le respect de plusieurs critères :

  • L’alambic utilisé doit être en acier inoxydable, afin de prévenir la formation d’oxydes (rouille par exemple) qui viendraient altérer la qualité du distillat.
  • La distillation doit se faire à basse pression (entre 0.05 et 0.1 bar) pour éviter la formation de composés toxiques.
  • la durée de distillation doit être prolongée pour permettre de recueillir l’intégralité du distillat. Si l’on prend l’exemple du thym vulgaire, les trois quarts de l’huile essentielle sont extraits au cours des trente premières minutes, mais il faut entre 1h et 1h30 en plus pour extraire la totalité des principes actifs. Lorsque le temps total n’est pas respecté, le distillat est en général soumis à une seconde extraction, à plus haute pression, ce qui donne des huiles essentielles moins efficaces dont les propriétés peuvent être différentes, avec des effets indésirables plus importants
  • La qualité de l’eau utilisée pour extraire le distillat est également importante : la formation de tartre va altérer l’alambic et donc la qualité de l’huile essentielle. Il faut donc utiliser une eau peu ou non calcaire, afin d’éviter l’utilisation de détartrants chimiques.
  • Après la distillation, l’huile essentielle doit être filtrée puis stockée dans des cuves hermétiques, au frais (cave). Il est nécessaire de protéger les huiles essentielles de la lumière pour assurer une conservation de qualité. C’est pourquoi elles sont généralement commercialisées dans des flacons en verre opaque, bruns ou bleus.

Impact de la plante : notion de chémotype.

Une huile essentielle contient des molécules complexes ayant des propriétés différentes. Dans une même espèce de plante, cette variation chimique permet de définir précisément la nature des sous-espèces et des variétés des plantes utilisées, c’est la notion de chémotype.

Cette notion, capitale pour l’identification des huiles essentielles, est une forme de classification chimique, biologique et botanique désignant la molécule la plus présente. Elle dépend des facteurs liés directement aux conditions de vie spécifiques de la plante à savoir le pays, le climat, le sol, l’exposition des végétaux et la période de récolte. En fonction de ses conditions de vie, une plante peut sécréter des essences biochimiquement très différentes. Deux chémotypes de la même huile essentielle présenteront non seulement des activités différentes mais aussi des toxicités très variables.

De même, en fonction de la partie de la plante utilisée, les indications et contre-indications varient énormément.

Critères de qualité des huiles essentielles.

La qualité des huiles essentielle peut grandement varier, et il est important de pouvoir reconnaitre les huiles essentielles de bonne qualité pour éviter les effets indésirables. La mention de certains éléments sur l’emballage de l’huile essentielle permet de s’assurer certains critères de qualité :

  • L’appellation botanique doit préciser le genre, l’espèce et la sous-espèce de la plante afin d’éviter les erreurs d’identification.
  • L’origine géographique de la plante permet de caractériser la composition de la plante (chémotype).
  • Le mode de culture permet de déterminer si la plante est sauvage, cultivée, issue d’une culture biologique ou non.
  • La composition chimique dépend parfois du stade de développement de la plante : cueillette avant, après ou pendant floraison, ou de la partie ou organe de la plante utilisé pour la distillation (feuille, tige, fleur…).
  • Le mode d’extraction de l’huile essentielle va également avoir un impact sur la composition de l’huile essentielle. Si la distillation est le plus répandu, les huiles essentielles peuvent également être obtenues par percolation, expression….

Plusieurs qualités d’huiles essentielles peuvent être distinguées :

  • Qualité industrielle standard : l’huile essentielle provient d’une plante cultivée industriellement, qui n’est pas définie botaniquement et dont la récolte ne se fait pas forcément au moment opportun. La distillation est bien souvent incomplète ou l’huile essentielle est rectifiée voire même reconstituée chimiquement.
  • Qualité chémotypée, 100% pure et 100% naturelle : l’huile essentielle a été obtenue après une distillation intégrale de plantes identifiées et récoltées au bon moment, issues de l’agriculture ou de la cueillette sauvage. Les composants de l’huile essentielle sont connus et répondent au profil souhaité.
  • Certification BIO : les huiles essentielles bio sont obtenues à partir de plantes dont la culture a été certifiée BIO par un organisme agréé.

Propriétés des huiles essentielles

L’huile essentielle est donc un distillat qui concentre les principes actifs de plantes aromatiques. Sa structure est très complexe, et chaque huile essentielle possède plusieurs propriétés thérapeutiques, ce qui permet d’adapter leur utilisation aux besoins particuliers de chacun.

La liste des bienfaits des huiles essentielles est énorme. L’Eucalyptus, la lavande aspic, l’Ylang Ylang, le Citron, le Niaouli ou le Tea tree, autrement appelé l’arbre à thé, possèdent beaucoup de propriétés aux bienfaits épatants. En ingestion, en application cutanée (quelques gouttes mélangées avec une huile végétale ou dilluées dans une huile de massage par exemple), avec l’emploi d’un diffuseur, vous pourrez, si bien utilisé, utiliser les huiles essentielles pour leurs vertues médicinales comme stimulant, en traitement des brûlures, pour apaiser les douleurs, comme desinfectant ou antiseptique à incorporer dans vos produits de lavage ou d’entretien, pour leurs propriétés cosmétiques ou encore en répulsif à moustiques.

Précautions d’emploi des huiles essentielles

  • Ne pas prendre d’huile essentielle pendant les 3 premiers mois d’une grossesse.
  • Toujours se laver les mains après massage ou application cutanée.
  • Utiliser des huiles essentielles 100% pures et naturelles.
  • Pour les personnes allergiques : faire un test allergique avant utilisation.
  • Ne jamais appliquer d’huiles essentielles sur les yeux, le nez, le conduit auditif et les zones ano-génitales.
  • En cas d’ingestion ou d’instillation accidentelle, ingérer ou appliquer une huile grasse pour diluer l’huile essentielle et contacter un médecin, un pharmacien ou le centre anti-poison.
  • L’huile essentielle de menthe poivrée ne s’applique JAMAIS sur une surface étendue. Elle est strictement contre-indiquée pour les femmes enceintes et allaitantes ainsi que pour les nourrissons de moins de 30 mois.
  • Ne pas laisser les flacons à la portée des enfants.
  • Ne jamais injecter les huiles essentielles par voie intraveineuse ou intramusculaire.

Conservation des huiles essentielles

  • Les huiles essentielles doivent être stockées dans un flacon en verre coloré (opaque), ou en aluminium afin de les protéger de la lumière.
  • Les flacons doivent être conservés entre 5 et 35°C.
  • Les flacons doivent être fermés avec des bouchons étanches pour éviter l’évaporation.
  • Dans ces conditions, les huiles essentielles 100% naturelles et pures peuvent être conservées au moins 5 ans.